La virevolte de Nancy Huston

Un, deux, trois petits tours et puis s’en va : Lin a un mari, deux filles, des amitiés, des moments de rare bonheur. Inexorablement pourtant, une passion qui est aussi son métier — la danse — s’impose à elle. Jusqu’au jour où elle choisit…

La virevolte, c’est cela : une impulsion irrésistible, un élan, un jaillissement qui, de l’accouchement à l’abandon et à l’envol, restent à jamais un sursaut vers la vie.

La danse, le mystérieux travail du temps, le vertige et le désarroi d’être mère, l’indicible solitude, la beauté et la vulnérabilité des corps, la puissance des cycles, l’énigmatique empreinte du destin familial : dans ce livre qui jamais ne juge, il y a une force de compréhension bouleversante.

Première phrase : Ce corp est sorti d’elle.

Edition : Babel

Nombre de pages : 253

Mon avis :

 Tout d’abbord c’est un livre étonnant. Par sa ponctuation, sa chronologie, son histoire.  

La ponctuation : parfois il n’y a pas de points, la phrase se termine mais rien ne le signale, ce qui donne un aspect inachevé au livre, je me suis demandée si ce n’était pas une faute d’impression, mais non ! J’ai posé la question à l’auteure au Salon du Livre de Paris et elle m’a répondue très gentiment que c’était parce que « quand on danse on est toujours en apeusanteur ». Phrase que j’ai trouvé très jolie 🙂 (Je ne fais pas de dance donc je n’en sais rien mais Nancy Huston avait l’air de s’y connaitre). Néanmoins, ça à l’air de rien ce petit point à la phrase d’une phrase mais je peux vous dire que quand il n’y en n’a pas, c’est perturbant ! 😛

La chronologie : les évenements s’enchainent très rapidement. A un paragraphe on va avoir Angela la première fille de Lin qui a un an, celui d’après elle peut en avoir deux ! Cet aspect m’a déplu car j’aime beaucoup les détails, les précisisons, tous ces petis éléments sans importance mais qui permettent de bien s’imaginer le lieu, l’endroit, la situation.    

L’histoire m’a paru malsaine, dérangante. La deuxième fille de Lin, Marina, est sombre, violente verbalement et il y avait un je-ne-sais-quoi qui me mettais mal à l’aise.

L’histoire m’a donc dérangée, mais l’écriture de l’auteure est très agréable, très douce et fluide. Aérienne, ce qui cadre bien avec la danse =) Je lirai un autre livre de cette auteure avec plaisir car son écriture est vraiment très agréable.

Pour conclure une histoire qui ne m’a pas plue mais une très bonne découverte au niveau du style de l’auteure.

Publicités