Il était une ville de Thomas B. Reverdy

Il était une ville - Reverdy

Ici, les maisons ne valent plus rien et les gens s’en vont, en les abandonnant purement et simplement ; la ville est en lambeaux. Nous sommes à Detroit en 2008 et une blague circule : que le dernier qui parte éteigne la lumière. On dirait que c’est arrivé. C’est dans cette ville menacée de faillite qu’Eugène, un jeune ingénieur français, débarque pour superviser un projet automobile. C’est dans un de ces quartiers désertés que grandit Charlie, Charlie qui vient, à l’instar de centaines d’enfants, de disparaître. Mais pour aller où, bon Dieu, se demande l’inspecteur Brown chargé de l’enquête. C’est là, aussi, qu’Eugène rencontrera Candice, la serveuse au sourire brillant et rouge. Et que Gloria, la grand-mère de Charlie, déploiera tout ce qui lui reste d’amour pour le retrouver.Thomas B. Reverdy nous emmène dans une ville mythique des États-Unis devenue fantôme et met en scène des vies d’aujourd’hui, dans un monde que la crise a voué à l’abandon. Avec une poésie et une sensibilité rares, il nous raconte ce qu’est l’amour au temps des catastrophes.

Première phrase : « Ça l’avait traversé comme une illumination, dès ses premiers jours à Detroit. »

Édition : Flammarion 

Mon avis : 

J’ai lu ce livre dans le cadre d’un de mes cours d’édition où on devait présenter un des livres sélectionnés pour les grands prix littéraires d’octobre/novembre, on a donc choisi celui-ci avec mon groupe et on a tous les trois autant aimé !

Nous arrivons à Détroit en même tant qu’Eugène un ingénieur français qui a été envoyé par l’Entreprise pour superviser le lancement d’un projet révolutionnaire pour l’automobile. On découvre la ville en même temps que lui, et c’est dans un décor assez particulier que l’auteur plante son histoire : maisons abandonnées, portes murées, écoles fermées et silence dans les rues. Ce qui déjà promet un bon potentiel !

C’est un récit assez difficile à qualifier, je dirai que c’est une sorte de fresque sociale du Détroit de 2008, c’est-à-dire en pleine crise économique. Cependant on retrouve aussi un peu les codes du policier grâce au personnage enquêteur et à un certain mystère que l’auteur laisse planer sur la ville et ses personnages. Il y a également une intrigue amoureuse mais seulement suggérée, ce qui est très agréable et permet de ne pas tomber dans le cliché.

Ce roman est le dernier d’un cycle de trois qui se passent chacun dans un lieu dévasté : le Ground Zero et Fukushima pour les précédents (Les évaporés et L’envers du monde), que j’ai très envie de lire ! Thomas B. Reverdy explore à travers ces romans des thèmes qui lui sont chers comme le souvenir, la disparition, l’absence mais aussi l’enfance, l’amitié et l’amour grâce des personnages qui pourraient être chacun de nous : la serveuse du bar Candice, l’ingénieur français Eugène, l’enfant intrépide et fugueur Charlie, sa grand-mère inquiète Gloria, l’inspecteur de police Brown qui continue de faire son métier malgré le manque de moyen…

Autant de voix qui font de ce livre un roman choral, où à travers les voix qui s’alternent au fil des chapitres, se dévoile la ville de Détroit, personnage essentiel du livre. C’est cette ville fascinante qui relie tous les personnages et qui va influencer leur vie, et donc ce roman. On ressent vraiment bien l’atmosphère de Détroit grâce à la plume poétique de l’auteur qui se lit vraiment bien, les chapitres sont courts donc on a un rythme assez rapide mais qui réussi quand-même à rendre compte de ce lieu si particulier.

L’histoire de plusieurs personnages, mais à travers eux c’est également la ville de Détroit qui se révèle. La crise s’installe et touche particulièrement ce lieu qui va subir un fort déclin tout au long du roman, symbole d’un monde qui s’effondre et d’un capitalisme qui montre ses failles. Thomas B. Reverdy apporte un regard très humain, grâce à sa galerie de personnages, sur la crise économique de 2008 qui a particulièrement touché cette ville, il montre les conséquences directes de choses parfois abstraites à travers ces destins croisés qui m’ont personnellement captivée. 

Advertisements

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s