Quelques nouvelles…

Ça fait déjà quelques mois que je ne passe plus par ici mais la nouvelle année et un changement de rythme (un stage au lieu de la fac) me font pointer le bout de mon nez. J’aimerais reprendre ce blog mais de manière un peu plus diversifiée, il y aura toujours de la littérature évidemment mais j’aimerai également y parler de mes autres centres d’intérêts comme la cuisine, les voyages, le monde du livre, pourquoi pas quelques expositions, en bref des choses qui me touchent et que j’aimerais faire connaître.

Pour la littérature je pensais faire quelques petits récaps par semaine, une sorte de « C’est Lundi, que lisez-vous ? » (idée piquée à Anou, j’espère que tu ne m’en voudras pas !) mais sûrement adapté de manière plus libre, et vous proposer à la fin de chaque mois de choisir un livre en particulier sur lequel je ferai une chronique. J’aimerais également faire des présentations de librairies que j’apprécie, d’auteurs ou pourquoi pas d’éditeurs.

En cuisine, je n’innove pas énormément, je pique beaucoup de recettes sur les blogs donc je pensais faire à chaque fin de mois une liste des recettes que j’aurais testées avec mon avis sur celles-ci, ce que j’ai enlevé ou rajouté par rapport à l’originale, mes photos (moins jolies que les initiales)… Ça sera un moyen de vous faire découvrir les blogs cuisine que je suis et dont j’aime bien m’inspirer !

Niveau voyage, j’avais déjà parlé de Prague il y a quelques temps et j’ai depuis eu la chance de visiter d’autres villes françaises ou étrangères (Lisbonne, Belfast, Lille, Nantes, bientôt Granville) et même si ce n’était que le temps d’un week-end ce sont des bols d’air qui font du bien et dont j’aimerai vous faire profiter. J’ai également comme projet de partir cet été pour un road-trip (en bus) au Canada et aux États-Unis donc si cela se fait je pourrais faire le point régulièrement sur l’avancée du projet.

Ensuite cela sera au gré de mes découvertes culturelles : films (j’ai vu Joy il y a quelques jours et je vous le conseille, une magnifique photographie et un beau destin de femme, et si ça peut vous convaincre Sita avec qui j’étais a également beaucoup aimé !), expositions, séries (Master of none :coeur:), un artiste particulier, etc.

Tout ça est encore assez flou pour moi et j’aurais peut-être d’autres idées mais j’espère réussir à concrétiser ces petits projets pendant cette nouvelle année. Pour me remettre en route je vous prépare un petit article avec mes livres et auteurs coup de cœur de 2015 (j’ai d’ailleurs mis à jour mes onglets PAL et livres lus !).

Très belle année à tous !

Publicités

Soliloque sur la liseuse et les habitudes de lecture

La liseuse, qu’on l’adule ou qu’on la déteste elle ne laisse pas souvent indifférent et chacun aime énoncer son avis sur cette nouvelle manière de lire. Moi comprise ! J’ai acquis la Kobo Glo HD il y a peu et j’ai pensé que ça pourrait être intéressant de vous parler de mon ressenti. D’autant plus que je reviens de loin, lorsque j’en ai entendu parler pour la première fois j’y étais totalement opposée : « Un livre c’est du papier », « comment on peut lire la-dessus ?! », « En plus ça n’a même pas d’odeur »… Réaction un poil épidermique sûrement due à une peur que le livre papier disparaisse.

Cependant mon avis a évolué quand j’ai commencé mes études de lettres et d’édition. Je n’en voyais toujours pas l’utilité d’un point de vue personnel mais en tant que possible future éditrice je ne pouvais pas la rejeter totalement et il était intéressant de se pencher sur ce phénomène de manière plus objective. Par exemple voir la place que le livre numérique tenait réellement dans l’économie du livre (une petite place, seulement 4% du chiffre d’affaires des éditeurs), combien de personnes lisent sur numérique (15% en 2013 et 2014), et également qui lit de cette manière (principalement les grands lecteurs concernant la littérature). Bref, des données factuelles qui permettent de mieux appréhender et de comprendre ce qu’implique ou non le livre numérique.

Je vous invite à lire les rapports du SNE (Syndicat National de l’Edition) sur ces pratiques, c’est très instructif.

Revenons donc à mon cas personnel (qui correspond bien aux observations de l’enquête du SNE). J’ai admis l’année dernière que oui bon, certes ça pouvait être utile et je comprenais l’intérêt mais pour les autres et certainement pas pour moi. Et puis j’ai testé, j’ai lu un livre entier dessus et en anglais, sans tiquer. Révolution ! C’était super agréable, fluide, bref, nouvelle obsession du moment, il m’en fallait une. Ça tombait bien, c’était mon anniversaire bientôt, et j’ai donc choisi de prendre la Kobo Glo HD qui est sortie le 22 mai. C’était hors de question que je prenne la Kindle rapport à son obligation d’achat chez Amazon et mon avis négatif sur cette entreprise.

Ça fait donc moins d’un mois que je l’ai et je dois dire qu’elle s’est faite adopter très rapidement. Après on ne se refait pas, je suis sortie de la Fnac avec ma liseuse ET un livre papier, forcément.

La première lecture a été un peu difficile, j’avais tellement clamé haut et fort qu’une liseuse ne passerait jamais entre mes mains qu’il a fallu que je fasse un léger travail sur moi-même pour l’accepter. A l’excitation de la découverte se mêlait une gêne, une sorte de peur sur la possibilité que mes habitudes de lecture changent. Finalement je me suis aperçue que j’avais des manières de lire sur liseuse bien différentes de mes lectures papiers et que celles-ci se complétaient.

Déjà je lis des livres que je n’aurais pas lu autrement, la liseuse agit beaucoup plus comme un complément que comme un remplacement des livres papiers. Ça me permet de découvrir d’autres choses et d’accéder à des livres vers lesquels je n’aurais jamais été autrement. Par exemple je ne lisais presque plus de jeunesse parce que ça m’embêtait d’acheter un livre que je ne lirais qu’une seule fois et qui prendrait de la place dans ma bibliothèque déjà bien trop remplie. Je m’y suis remise un petit peu, ainsi qu’à la science-fiction qui se prête bien à la lecture numérique, après tout, il y a quelques années la liseuse tenait de la science-fiction… Et surtout l’achat de la liseuse était également un moyen de lire plus facilement en anglais. Bien que je n’aille pas chercher la signification de chaque mot sur lequel je bloque, le dictionnaire multilingue intégré à la liseuse est un élément bien pratique. J’ai également aussi envie de lire des ouvrages plus théoriques dessus, et je me dis que pour les étudiants faisant de la recherche la liseuse doit être bien pratique afin d’avoir tous ses livres et ses notes sur ceux-ci au même endroit.

A l’inverse je ne me vois absolument pas lire des livres classiques sur la liseuse. Un classique pour moi c’est un moment feutré, une sorte de refuge loin du monde d’aujourd’hui et tenir dans mes mains un objet électronique et non un livre papier me sortirait de ce monde. De plus je me dis que l’auteur n’a jamais envisagé d’être lu sur une liseuse/tablette et par conséquent le faire me donnerait un sentiment d’inconvenance, pour ne pas dire de trahison qui est un peu fort. De même, lire des livres de plus de 400/500 pages me semble difficile, j’aime voir que j’avance en sentant les pages lues devenir plus importantes que celles à lire, sentir le poids des pages passer de droite à gauche. Pourtant c’est bien plus pratique de transporter une petite liseuse qu’un livre de 600 pages, mais l’affect l’emporte parfois sur le raisonnable !

Pour ce qui est de l’avantage pratique, à savoir pas besoin d’emmener 15 milles livres en vacances, on prend sa liseuse et c’est tout, je ne suis pas encore fixée. Pour mes vacances de cet été je pense que j’aurai quand-même quelques livres papiers car je ne pense pas emmener ma liseuse à la plage, j’aurais bien trop peur de l’abîmer. Et surtout, je ne lis pas de tout dessus alors il me faudrait des alternatives selon mes envies de lecture du moment. Cependant pour un road trip et non des vacances plage/piscine/sieste c’est un vrai avantage.

Autre avantage auquel je n’avais pas spécialement pensé, la possibilité de réglages au niveau de la police et de sa taille permettrait aux personnes ayant des problèmes de vue d’avoir accès à un large catalogue de livres, ce qui est un point non négligeable.

Voilà pour mes réflexions sur ce mode de lecture qui côtoie le papier sans conflit, à vous de me donner vos avis ! Avez-vous une liseuse ? Pensez-vous en avoir une un jour ? Je suis curieuse de tout, n’hésitez pas à être bavard !

Nouvelle année, anniversaire, challenges et compagnie…

Bonjour à tous !

Voilà une nouvelle année qui commence, je vous souhaite donc plein de livres, de réussite, de bonheur, d’amour, d’amitiés, de petits et grands plaisirs… En bref, que tout ce que vous espérez, et même plus, se réalise !

Qui dit nouvelle année, dit anniversaire pour ce blog ! En effet, il va fêter le 7 janvier ses trois ans, c’est que ça commence à faire ! Peu d’articles cette année comme la précédente, mais j’ai un regain de motivation et j’espère vraiment lire plus en 2014, alors normalement il devrait y avoir des articles !

Concernant les nouveautés pour ce blog, vous avez pu voir qu’il a un design renouvelé, j’espère qu’il vous plait, je cherchais quelque chose de sobre mais avec néanmoins des menus sur le côté, donc ce thème m’a paru approprié.

Vous avez également peut-être aperçu une nouvelle page où je consignerai mes lectures de 2014, afin d’avoir un aperçu chiffré à vous présenter l’année prochaine. Et je mettrai des liens vers les livres chroniqués également. Ca pourra être l’occasion pour vous de me demander en commentaire ce que j’ai pensé de tel livre si vous le voyez dans la liste mais que je ne le chronique pas.

Je m’engage également dans un challenge, ce que je ne fais que très rarement, voire jamais, depuis le fiasco total de ceux que j’ai tenté précédemment. Mais là le principe est original, motivant (vu qu’on est en équipe), amusant, et assez large, donc je me suis lancée !
Il s’agit d’un Cluedo littéraire, et je vous renvoie à l’article suivant pour plus de précisions.

Que dire d’autres… Un peu de blabla, c’est toujours agréable de connaître un peu la personne qui se cache derrière un blog. Mon premier semestre se passe très bien, j’ai mes partiels qui débutent dans quelques jours, donc je révise encore un peu. J’aime beaucoup ce que je fais, j’adoooore ma fac (et sa cafet’ avec ses croissants aux amandes), mes profs sont globalement très intéressants… Bref, je m’éclate dans ce que je fais !

Ah et quand-même, j’ai eu un livre pour Noël : Beauté fatales, les nouveaux visages d’une aliénation féminine de Mona Chollet, un essai féministe sur lequel je n’ai eu que de très bons retours.

Prochain article livresque sur Le chœur des femmes de Martin Winckler, premier livre de 2014, et coup de cœur phénoménal.

Encore une bonne année, régalez-vous bien avec les galettes des rois maintenant que le foie-gras/les huîtres/le saumon… sont finis !

Quelques livres en vrac… (4)

Après quelques mois d’absence (révisions, orientation, bac (que j’ai eu), décontraction, vacances) me voilà de retour, et je l’espère plus régulièrement.

Tout d’abord, un petit récap. J’ai lu pas mal de livres ces derniers mois, surtout durant les vacances, pas autant que je l’espérais évidemment mais c’est souvent comme ça !

Je commence à la rentrée une licence de lettres modernes parcours édition (quelques cours spécialisés dans ce domaine et stage lors du dernier semestre de la licence). J’espère que j’aurai le temps de chroniquer quelques livres fréquemment, et peut-être même les livres étudiés en cours : Madame Lafayette et Marivaux me voilà ! En tous cas je suis vraiment ravie de faire ce parcours et j’ai hâte de voir comment ça va être.

 Passons maintenant aux livres que j’ai lu cet été :

Une chambre à soi - Woolf Une chambre à soi

Virginia Woolf

Première rencontre avec cette femme hors paire (et pas la dernière !), je commence donc par un essai. Et quel essai ! Virginia Woolf expose le besoin qu’a une femme d’avoir une pièce pour elle uniquement où elle pourrait écrire en toute tranquillité et ce qui permettrai une grande avancée dans la condition littéraire de la femme. Mais pas que ! Tout d’abord, l’essai est mis en scène : nous sommes à Oxbridge, où les bibliothèques sont interdites aux femmes si elles n’ont pas d’autorisation, idem pour la pelouse. Les règles sont posées, nous sommes dans un monde où les femmes ont besoin du conscentement masculin pour faire quoi que se soit. Virginia pose alors la question : comment une femme peut-elle réfléchir, écrire, penser, si elle ne peut être seule à aucun moment ? Elle pose alors deux postulats, pour que les femmes puissent se voir accorder une place importante dans la littérature il leur faut : une chambre où il est possible de s’enfermer à clé, et 500 livres de rente, au point de préférer cette dernière condition au droit de vote qui venait d’être accordé en Angleterre. L’essai est divisé en plusieurs chapitres qui traitent de choses différentes. Dans le premier, elle cherche des livres sur la condition féminine pour expliquer le fait qu’elle soit si différente de celle des hommes, et décide de chercher chez les « doctes », mais s’aperçoit bien vite qu’ils ne sont jamais d’accord, et surtout, qu’il n’y a que des hommes qui ont écrit des livres sur les femmes s’en faisant une spécialité. Un par exemple, est basé sur l’hypothèque que Shakespeare aurait eu une sœur aussi talentueuse que lui, mais qu’à cause de la pression des hommes elle n’aurai jamais réussi à s’élever et pire, serai morte déchue. Dans d’autres, elle compare la littérature écrite par des hommes à la littérature écrite par des femmes, en évoquant de grands auteurs et surtout, parlant en beaucoup de bien de Jane Austen. L’écriture est un fleuve, on navigue au gré de la pensée de Virginia qui nous est livré comme brute, bien qu’on sente qu’il y a derrière une grande réflexion et un important travail sur les mots.

Edition 10/18

Clarissa - ZweigClarissa

Stefan Zweig

Ce livre là me tentait depuis un bon moment mais je n’ai jamais eu l’occasion de l’acheter, et puis la demoiselle de ce blog me l’a offert pour mon anniversaire, donc me voilà partie en voiture vers la mer avec.
C’est une petite nouvelle qui se lit vite et qui est très entraînante. L’histoire se déroule sur plusieurs années et on ne cesse de rencontrer des personnages qui viennent et repartent dans le livre. Parfois on les recroise, parfois pas, mais ils restent toujours présents à notre esprit tant ils sont marquants. Clarissa est une femme discrète et très attentive aux autres mais qui ne laisse rien voir d’elle-même. On la découvre petit à petit dans ses rapports aux autres, dans les choix qu’elle fera, dans ses doutes, ses convictions. C’est une femme engagée et fidèle a qui on s’attache énormément tout au long du roman. J’ai vraiment tout aimé dans ce livre : le père de Clarissa, un homme très peu démonstratif mais aimant pour qui la stratégie militaire est toute sa vie, son frère, son amant et la liberté de leur relation, l’époque décrite : l’entrée dans la première guerre mondiale… Zweig signe encore là un merveilleux portrait de femme qui prend vie dans la grande Histoire dans cette nouvelle qui est un véritable bijou à lire absolument !

Edition Le Livre de Poche

Mrs Dalloway - WoolfMrs Dalloway

Virginia Woolf

Je poursuis ma découverte de cette grande dame, de ce génie, qui n’a pas eu besoin de plus des quelques pages de l’essai dont j’ai parlé précédemment pour me convaincre de son talent. Après l’essai, le roman.
On ne peut pas dire qu’il se passe grand chose dans ce livre, en effet Virginia Woolf veut nous décrire « la vie d’une femme concentrée en une seule journée ». Pas qu’il ne se passe rien dans la vie d’une femme, on a à travers cette journée tous les petits gestes habituels mais aussi des rencontres qui ravivent le passé et l’on passe d’une conscience à une autre qui nous fait vivre ce passé à travers des souvenirs. On suit donc Clarissa Dalloway mais aussi un homme revenu de la guerre qui ne ressent plus de sentiments et qui tombe dans la folie peu à peu, homme qu’on perçoit à travers ses yeux mais aussi ceux de sa femme, ceux du médecin, ceux de Mrs Dalloway qui le croise dans la rue… Le roman est ainsi fait de passages de relais entre deux consciences qui nous font voyager entre différents personnages plus ou moins liés. Le style de cette dame est toujours enchanteur et extrêmement raffiné, on pourrait noter chaque phrase en citation. Beaucoup d’allusions, certaines directes d’autres moins, sont faites à la mer, aux vagues, et à l’eau en général, ce qui est assez éclairant, surprenant ou stupéfiant quand on connaît la manière dont elle s’est suicidée… Je garde donc l’image d’un roman avec quelques longueurs mais qui se font oublier par le style magnifique et qui mérite une relecture car je pense qu’on n’en saisit pas toute la richesse à la première lecture. Pour l’instant j’ai préféré son essai.

Edition Folio Classique

L'ignorance - KunderaL’ignorance

 Milan Kundera

Je continue ma découverte de cette auteur à petit pas. Ce livre évoque le rapport que nous avons au temps, et plus particulièrement à notre passé. A travers Iréna et Joseph, immigrés de Prague pour Paris pour la première et pour le Danemark pour le second. Chacun retourne à Prague vingt ans après leur départ, et y éprouve un sentiment de rejet de la part des autres qui ne leur posent aucune question sur leur vie ailleurs. Eux se sentent incomplets sans leur vie à l’étranger qui fait partie d’eux, les autres leur refusent leur nouvelle identité, s’ils veulent revenir il leur faut oublier ces 20 ans. Tant Sylvie, l’amie française d’Iréna que les praguois, ne comprennent pas que ces immigrés n’éprouvent pas de nostalgie pour leur pays, et pour cause, ils ont maintenant la nostalgie de leur pays d’accueil. Evidemment, ces deux protagonistes vont se croiser, une nouvelle fois car ils s’étaient déjà aimé dans leur jeunesse, et une réflexion en naîtra. L’écriture est intéressante car elle mêle récit et paragraphes qui se rapproche de l’essai qui explicitent un peu l’histoire par une comparaison à Ulysse et à son retour à Ithaque après 20 ans d’absence. En résumé, une réflexion intéressante sur le besoin qu’on a de son passé pour vivre.

Edition Gallimard nrf

Millenium 3 - StiegMillénium 3 : La Reine dans le palais des courants d’air

Stieg Larsson

Voilà, dernier tome de la sublissime (oui, au moins) saga Millenium achevé. Je dois dire que je suis en deuil à l’idée de ne plus revoir Mickaël et Lisbeth dans des aventures haletantes et complexes comme ce le fut pendant ces trois tomes (franchement Stieg, t’aurais pu rester en vie un peu plus longtemps…). En tous cas, on peut dire qu’il finit sur un tome magnifique ! Toujours mêlant le thriller, l’économie, la politique, la police, le journalisme d’investigation, le droit des femmes, dans des affaires qui s’élèvent à un niveau international. En effet, le grand méchant de l’histoire n’est rien d’autre qu’un ancien espion russe ayant trouvé terre d’asile en Suède contre des renseignements… Nous entrons dans la SAPO, la police secrète de Suède, où un grand complot s’est monté. Le talent de Stieg Larsson est de nous offrir de nombreux personnages au charisme fort et à la personnalité nuancée, tant ceux qui sont du « bon » côté que ceux qui sont du « mauvais », mais surtout des enquêtes ultra documentées qui ne font qu’enrichir en permanence la qualité non contestable du roman. L’écriture est rapide, efficace mais avec une véritable verve. Pour moi ce tome est le meilleur et rattrape merveilleusement bien le tome deux que j’avais trouvé par moment un peu lent. En bref : à lire ABSOLUMENT !!

Edition Actes Sud


L'homme à la colombe - GaryL’homme à la colombe 

Romain Gary

Depuis que j’ai découvert cet auteur il y a trois ans, je découvre ces œuvres peu à peu, et celle ci me tentait tout particulièrement. Romain Gary a travaillé un moment à l’ONU à un haut poste, et s’est rendu compte très rapidement de la vacuité de cette organisation. Ce livre à la plume acerbe et sans appel dénonce de manière très directe les Nations Unis, après Albert Cohen et son roman Belle du Seigneur dans lequel est dénoncée la Société des Nations à travers ses employés qui font des cocottes en papier dont la taille varie selon l’importance ce l’employé (et ce n’est qu’un exemple parmi les moyens qu’emploie Cohen pour dénoncer cette institution…), nous avons Gary et l’ONU. C’est à l’occasion de ce roman qu’il utilisa un pseudonyme, car lors de la parution de ce livre, il travaillait encore à l’ONU. Autant, la manière d’écrire et les descriptions de l’ONU m’ont fait beaucoup rire, autant l’histoire que Gary met en place pour développer cette critique ne m’a pas convaincue du tout. D’ailleurs, je m’en souvient déjà presque plus… Je conseillerai donc de seulement lire les extraits qu’on peut trouver sur internet qui peuvent être un bon aperçu de la satyre qu’est ce livre.

Edition Gallimard, L’imaginaire

Voilà pour les livres ! Il y en a eu d’autres, mais je n’éprouve pas l’envie de les chroniquer, et un article suivra consacré entièrement à Lire Lolita à Téhéran de Azar Nafisi.

J’espère que vous avez passé de bonnes vacances, que si vous y êtes encore vous en profitez bien, et que si vous n’en avez pas encore eu qu’elles seront reposantes ! Bonne fin d’été à tous ! 🙂

Bonne année !

Mieux vaut tard que jamais comme on dit ! Alors bonne année à tous, j’espère que vous avez passé de très belles fêtes de fin d’année, que la rentrée n’a pas été trop dure et que ceux qui sont encore en vacances en profitent bien ! Et je vais m’arrêter là pour les voeux etc parce que ça n’a jamais été mon truc. Donc je vous souhaite d’avoir tout ce que vous désirez (facile comme voeux, je sais.) ! 

Sinon, mon blog a fêté ses deux ans il y a quelques jours… Ça passe assez vite tout ça. Beaucoup moins d’articles cette année, j’ose même pas aller regarder à vrai dire, beaucoup moins de livres lus aussi mais plus de travail à côté… Je ne pense pas que ça change cette année avec le bac qui se rapproche de plus en plus et le post-bac qui rique d’être très chargé, mais je vais essayer de faire vivoter encore un peu ce petit blog car il me tient toujours à coeur. 🙂 

Il y a eu un mini changement au niveau de la mise en page, changement non voulu en fait, mais comme je suis une quiche avec tous ces réglages et qu’au final c’est pas si mal, j’ai laissé comme ça. Je changerai peut-être quelques trucs prochainement si j’en ai le courage. 

J’ai évoqué le post-bac tout à l’heure, donc quitte à faire un article solilocage, je vais donner quelques détails. Je voudrais intégrer un bi-cursus avec Paris IV en lettres, et Sciences Po en sciences sociales. On peut y rentrer soit par l’un, soit par l’autre, je tente donc les deux histoire de doubler mes chances pour ce parcours très très très sélectif. Et si je ne suis pas acceptée, ça sera probablement une prépa littéraire. Voilà, voilà. J’avoue que tout ça me fait un peu peur, mais faut bien que ça arrive un jour ! 

Niveau lecture, je suis en plein dans La vie devant soi de Romain Gary et c’est tout simplement incroyable comme livre. Merci à Jooh pour ce beau cadeau ! 

Bon dimanche ! 🙂

(Image : Illustration de Sempé)

Rentrée

Après une avalanche (oui, n’ayons pas peur d’utiliser des mots forts !) d’articles durant la fin de l’été, ce blog se retrouve un peu délaissé par la rentrée. Certes, j’aurai quelques articles à écrire (Lettres au Castor notamment, et Millénium 2, et pourquoi pas Lorenzaccio, et… Je vais m’arrêter là. ), mais la rentrée est passée par là et mon temps libre (livre ?) s’est diablement réduit.

Pour un petit point, je suis en ce moment en train de lire Anna Karénine de Tolstoï qui me plaît énormément mais il est long et comme je disais, j’ai moins de temps. Pas mal de boulot dès le début des cours, les contrôles commencent à tomber, et l’échéance du bac nous est rappelée assez souvent ! (Fiches Bristol, me voici.)

Et puis, vous n’êtes pas sans remarquer qu’il fait assez doux en ce moment, donc j’essaye de sortir plutôt que de rester chez moi enfermée, mais pas de crainte, je lis au soleil sur les bords de Seine (quand même, les bonnes habitudes de lectrice ne se perdent pas comme ça !).

Aaah, Paris ❤

Plus sérieusement, il faut vraiment que je finisse Anna au plus vite car les professeurs trouvent amusant de nous donner chacun un livre à lire… en même temps. Bah oui, c’est pas drôle sinon (oui je sais, je suis en L, « tu l’as choisi » qu’on me répète).

Parlons donc un peu de ces livres : huit heures de semaine par philo obligent, je vais très prochainement me lancer dans Apologie de Socrate suivi du Criton de ce cher Platon que j’étudie également en grec, on ne se quitte plus ! Puis viendra Descartes, donc j’ai eu l’honneur de faire la connaissance ce week-end en visitant la Sorbonne ouverte pour les journées du Patrimoine (En avez-vous profité ?), avec Méditations métaphysiques.

Enchantée.

Ensuite je dois également lire un roman en anglais de Kate Chopin (prononcez comme le compositeur, pas à l’anglaise) intitulé The Awakening, à la vue du résumé, ça devrait me plaire.

Et enfin, j’ai quelques livres à relire « autant de fois que vous voulez ! Imprégnez-vous des textes ! », qui sont Lorenzaccio de Musset et Hécube d’Euripide.

Voilà, voilà pour les dernières nouvelles. J’espère pouvoir poster quelques avis par ci par là, autres que des livres de cours dont parler ne me plaît guère, sauf exception. Par contre je vais pas mal aller au théâtre je pense cette année, donc j’essayerai peut-être de faire des articles sur les pièces que je vois. La première prévue est pour le 4 octobre et s’appelle Loin de Corpus Christi mise en scène par Jacques Lassalle. Plus d’infos par ici !

J’espère que vous avez fait une très bonne rentrée, et que si vous êtes encore en vacances vous profitez bien !

Vacances d’été

Voilà, voilà, le mois de juillet est déjà revenu et avec lui la fin d’une année scolaire ! J’ai donc passé mon bac de français, qui s’est très bien déroulé et je pars avec quelques points d’avance pour l’année prochaine.

Petite liste rapide de ce que j’emmène pour ce mois loin de chez moi :

Quatre filles et un jean, tomes 2, 3 et 4 d’Ann Brashares
Les hirondelles de Kaboul de Yasmina Khadra
Le cercle littéraire des amateurs d’épluchures de patates de deux auteurs aux noms aussi long que le titre du livre
Blue Jay Way de Farice Colin
Les chaussures italiennes de Henning Mankell
Un soupçon légitime de Stefan Zweig
Le monde de Sophie de Jostein Gaarder
Tout compte fait de Simone de Beauvoir
Seul le silence de R.J Ellory
Complete fairy tales de Oscar Wilde
Petits suicides entre amis d’Arto Paasilinna
Lettres au Castor de Jean Paul Sartre
Rêver de Barbara de Negroni
La part de l’autre d’Eric Emmanuel Schmitt
Lignes de faille de Nancy Huston

J’ai essayé de varier un peu avec des thrillers, des classiques, de la philo, du contemporain et même de la jeunesse avec Quatre filles et un jean qui était ma saga chouchou plus jeune.

Voilà, après le roman que fut l’article d’avant, je fais court pour celui-ci, surtout que je dois normalement être en voiture dans un peu moins de cinq heures…

Je vous souhaite à tous un très bel été, du soleil, du repos, et de la bonne humeur !