Limonov d’Emmanuel Carrère

« Limonov n’est pas un personnage de fiction. Il existe. Je le connais. Il a été voyou en Ukraine ; idole de l’underground soviétique sous Brejnev ; clochard, puis valet de chambre d’un milliardaire à Manhattan ; écrivain branché à Paris ; soldat perdu dans les guerres des Balkans ; et maintenant, dans l’immense bordel de l’après-communisme en Russie, vieux chef charismatique d’un parti de jeunes desperados. Lui-même se voit comme un héros, on peut le considérer comme un salaud : je suspends pour ma part mon jugement. C’est une vie dangereuse, ambiguë : un vrai roman d’aventures. C’est aussi, je crois, une vie qui raconte quelque chose. Pas seulement sur lui, Limonov, pas seulement sur la Russie, mais sur notre histoire à tous depuis la fin de la Seconde Guerre mondiale ».

Première phrase : Jusqu’à ce qu’Anna Politkovskaïa soit abattue dans l’escalier de son immeuble, le 7 octobre 2006, seuls les gens qui s’intéressaient de près aux guerres de Tchétchénie connaissaient le nom de cette journaliste courageuse, opposante déclarée à la politique de Vladimir Poutine.

Editions : P.O.L

Nombre de pages : 488

Mon avis : 

Allez : un, deux, trois, on souffle et j’assume mon ignorance totale : je partais dans ce livre sans me douter une seule seconde que Limonov est un homme bien vivant. Je l’ai su en discutant de ma lecture avec la demoiselle de ce blog, merci à elle ! Pour l’excuse, j’ai pris ce livre au hasard dans la bibliothèque de la maison que mes parents ont louée pour les vacances,  parce qu’il y avait les mots « l’underground soviétique sous Brejnev », « écrivain branché à Paris » et « depuis la fin de la Seconde Guerre mondiale  » sur la quatrième de couverture.

Donc, cet aveu fait, qu’ai-je pensé de ma lecture ? Eh bien, moi qui me refusais à lire des biographies de personnes vivantes car j’avais l’impression d’être une intruse, (ce qui est faux, vu que si la biographie est écrite c’est qu’ils le veulent bien, mais rien à faire, je ne voulais pas.) je suis totalement réconciliée avec celles-ci (chouette, encore plein de livres que je vais maintenant avoir envie de lire…).

La vie de Édouard Veniaminovitch Limonov, alias Limonov est tellement trépidante qu’on pourrait douter que tout soit vrai (encore une excuse à mon ignorance). Comme le dit si bien la couverture, le moins qu’on puisse dire c’est qu’il a voyagé autant dans les pays que dans les différentes échelles sociales du XXème siècle. Par là, cette biographie se rapproche énormément du roman d’aventure, tout en restant dans l’historique grâce au contexte très riche de l’époque et des engagements de Limonov. 

De Moscou à Paris en passant par New-York, on voyage et on vogue de périples en périples. On suit donc la période de l’après-guerre dans plusieurs pays, ce qui permet de voir un peu la situation de chaque pays. Limonov étant russe, on assiste et on suit de très près les changements de dirigeants de l’URSS, les différentes réformes et les différents modes de vie (campagne/ville ; riches, connus/pauvres…) de cette population. Même lors de sa présence en Amérique, on reste connecté à Moscou par l’intermédiaire d’un journal russe dans lequel il travaillera.

Limonov c’est l »histoire d’un homme qui veut a tout prix accomplir ses rêves, qui vit sa vie comme il l’entend et qui ne craint qu’une chose : l’indifférence. Ses actions seront guidées par cette soif de notoriété qu’il acquiert principalement grâce aux scandales qu’il provoque par ses écrits.

L’histoire de cet homme s’inscrit aussi à travers les femmes qu’il a rencontré qui ont toutes jouées un rôle dans sa progression, de manière plus ou moins positive pour elles, ou pour lui.

Par contre, je suis loin d’être une spécialiste de l’histoire de l’URSS bien que j’en connaisse les grandes lignes, et du coup j’ai eu énormément de mal à juger les actions politiques de Limonov, ne sachant pas si la position qu’il prenait était juste ou pas. Ce qui fait que, j’ai énormément de mal à le juger lui. Cependant il apparaît comme un homme se situant toujours du côté des minorités, des plus faibles, par volonté de les aider vraiment ou seulement de contredire le pouvoir, l’ordre social … ?  

J’ai beaucoup aimé le passage où il est en prison, son caractère humble dans cette situation avec les autres détenus ainsi que la rigueur de vie qu’il s’oblige à tenir pour ne pas tomber dans une déchéance irréversible est admirable. Et j’ai trouvé qu’il dégageait une paisibilité, un calme qui après tous les tumultes du livre sont les bienvenus. 

Au détours d’une ressemblance ou justement d’une différence, l’auteur en profite pour intégrer des anecdotes sur sa vie à lui, je n’y ai pas spécialement trouvé d’intérêt mais ce n’est pas fait très souvent et ça ne m’a donc pas trop gêné. Ce qui est intéressant par contre c’est que Carrère est l’antithèse de Limonov, et pourtant, il cherche des ressemblances, des choses qui pourrait les rapprocher. Peut-être dans le but de justement rompre avec le milieu bourgeois et aisé dont il est issu… 

Il y aurait encore sûrement des millions de choses à dire, mais j’ai l’impression de paraphraser le livre et l’ayant lu il y a plus d’un mois sans prendre de note, ce n’est pas facile de le chroniquer ! Donc je vais m’arrêter là et conclure sur mon impression générale qui est très bonne : Carrère nous donne un bel aperçu de cette Russie divisée avant sa chute à travers un homme hors du commun, provocateur, scandaleux, d’une honnêteté et d’une fidélité rare qui par son destin inimaginable ne peut qu’intriguer et marquer ! 

Publicités

11 réflexions sur “Limonov d’Emmanuel Carrère

  1. Bah voilà que tu me tentes encore ! Ton avis est extrêmement intéressant, comme toujours, et j’espère pouvoir le lire prochainement !
    Gros bisous ma Eli

  2. I discovered your blog site on google and verify a couple of of your early posts. Proceed to keep up the superb operate. I simply extra up your RSS feed to my MSN News Reader. Seeking forward to studying more from you later on!…

  3. Hello Elinor,

    Merci pour ta chronique sur Limonov. Adorant Carrère, c’est un livre que j’ai en tête pour mes prochaines lectures et que tu viens de faire remonter de quelques rangs dans mes priorités ! Il te remercie aussi 😉

    Si tu as aimé son écriture, je te conseille vivement « D’autres vies que la mienne ». Simplement époustouflant.

    A très vite j’espère,

    C.

    • Bonsoir C. (Ca fait message codé style James Bond aha),

      Ravie pour le livre et pour toi qui va faire une belle découverte j’espère ! 😉 Reviens me dire ton avis surtout (et encore plus si tu n’es pas d’accord, j’aime débattre, ça ouvre l’esprit) !

      Il me semble que mon prof de français m’en avais parlé, je note avec soin ! Merci du conseil ! Après avoir regardé, ça a l’air bien triste ce que tu me conseilles là, mais néanmoins très intéressant… Je sens qu’il sera dans mon sac à mon prochain passage en bibliothèque.

      De même pour ma part 🙂
      Eli.

          • « D’autres vies que la mienne » a été adapté au cinéma avec Vincent Lindon et Marie Gilain « Toutes nos envies », le film est magnifique, très fin, très sensible, absolument pas larmoyant. J’ai adoré.

            • Ahlala, si seulement j’avais un peu le temps de lire pour moi celui-ci passerai rapidement entre mes mains, mais les livres de cours se font nombreux à m’appeler. Merci de votre passage ! (Et je prends bien évidemment note pour le film !)

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s