Simetierre de Stephen King


Louis Creed, un jeune médecin de Chicago, vient s’installer avec sa famille à Ludlow, charmante petite bourgade du Maine. Leur voisin, le vieux Jud Grandall, les emmène visiter le pittoresque vieux « simetierre » forestier où des générations successives d’enfants de la localité ont enterré leurs animaux familiers. Mais, au-delà de ce « simetierre », tout au fond de la forêt, il en est un second, et c’est un lieu imprégné de magie qui vous enjôle et vous séduit par de mystérieuses et monstrueuses promesses. Bientôt, le drame se noue, et l’on se retrouve happé dans un suspense cauchemardesque, tellement affreux que l’on voudrait s’arracher à cette lecture…

Première phrase : Louis Creed, qui avait perdu son père à l’âge de trois ans et n’avait connu aucun de ses deux grands-pères, ne se serai jamais attendu à se trouver un père aux approches de l’âge mur, et pourtant c’est exactement ce qui lui arriva – quoiqu’il préférât donner à cet homme le nom d’ami, comme on est bien forcé de le faire lorsqu’on est adulte et qu’on découvre le père qu’on aurait voulu avoir dans une phase relativement tardive de l’existence.

Edition : Le Livre de Poche

Nombre de pages : 636

Mon avis :

Deuxième King, et j’aime de plus en plus ! 😀

King nous entraîne dans la destruction d’une famille unie et attachante. Les caractères des personnages sont tellement travaillés, psychologiquement notamment, que l’on a l’impression d’appartenir à cette famille, d’en être un membre à part entière. Les personnages sont humains : ni blanc, ni noirs. Ils ont des défauts, ont parfois tort et c’est ça qui les rend attachants.

On suit Louis, personnage phare du roman, médecin universitaire qui vient d’emménager à Ludlow : une petite bourgade du Maine. On partage toutes ses pensées et gestes, et je me suis retrouvée dans certains de ces traits de caractère et dans certaines de ses idées.

L’histoire met une centaine de pages à vraiment commencer, mais ces 100 premières pages ne sont pas du tout ennuyantes, elles sont nécessaires, car elles permettent de vraiment poser les personnages et le cadre du récit. C’est dans ces pages qu’on s’attache aux personnages, et que par conséquent tout ce qui leur arrive nous tient tellement à coeur.

Dans des passages qu’on lit le sourire aux lèvres, une petite phrase terrible mais glissée de façon complètement anodine, nous plonge dans l’effroi et l’horreur. Des touches d’humour noir, discrètes parsèment le récit et le rendent parfois cynique, ce qui contribue à l’horreur et au sentiment de malaise qu’on ressent.

Les thèmes de la mort, la maladie, la religion sont très bien abordés particulièrement quand Louis essaye de les expliquer le plus objectivement possible à sa fille de 6 ans, Ellie. Ces thèmes sont abordés de manière à nous faire réfléchir : Que ferions nous à leur place ? Ellie est d’ailleurs un personnage important du roman, elle n’apparaît pas forcément beaucoup, mais ces interventions sont toujours très pertinentes et plaisantes. Elle est la plus sensible au Wendigo, et j’ai retrouvé un peu de Danny (Shining) en elle, ce qui n’était pas pour me déplaire !

King s’appuie pour ce roman sur une légende Indienne : celle du Wendigo, que je n’aborderai pas ici, ça serai vous gâcher le plaisir de la lecture. Cette légende fait entrer du fantastique dans le récit, mais King le fait tellement subtilement que ça passe sans problème.

Les cent dernières pages de ce livre sont parfaitement effrayantes et prenantes, si vous les commencez, prévoyez du temps pour les finir !

Pour conclure, encore une très bonne lecture avec Stephen King, dévoré en 3 jours ! Juste un petit bémol sur la fin que j’ai trouvée trop ouverte, mais c’est parce que je suis extrêmement curieuse. 😛

Publicités

9 réflexions sur “Simetierre de Stephen King

  1. J’ai lu ce livre il y a quelques année et je me souviens avoir passé un très bon moment. De toute façon un de ces jours je me relirai tous les vieux Stephen King

  2. une lecture de jeunesse qui m’avait beaucoup marquée!! ma période King est finie (en tout cas pour l’instant ^^), mais j’en garde un excellent souvenir!

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s