Le joueur d’échecs de Stefan Zweig

« Prisonnier des nazis, Monsieur B., en dérobant un manuel d’échecs, a pu, à travers ce qui est devenu littéralement une folle passion, découvrir le moyen d’échapper à ses bourreaux. Libéré, il se retrouve plus tard sur un bateau où il est amené à disputer une ultime partie contre le champion Czentovic. Une partie à la fois envoûtante et dérisoire…

Première phrase : Sur le grand paquebot qui, à minuit quittait New-York à destination de Buenos-Aires, régnait le va-et-vient habituel du dernier moment.

Edition : Bibliothèque Cosmopolite Stock

Nombre de page : 112

Mon avis :

Au départ je voulais lire Lettre à une inconnue de Stefan Zweig, mais comme il n’était pas à la bibliothèque j’ai pris celui là. Et j’ai bien fait ! 🙂

Dans cette nouvelle on suit principalement deux personnages, Czentovic le champion mondial d’échec et Monsieur B. homme ayant appris à jouer aux échecs lors de sa captivité durant la seconde guerre mondiale.

On embarque avec le narrateur sur un bateau où le célèbre joueur d’échec est aussi. Nous est alors raconté l’histoire de cet homme, décrit comme rustre, simplet, grossier et grotesque. Mais dès 17 ans on lui découvre un don pour les échecs, et à vingt ans il est devenu champion du monde. Mais son manque d’imagination l’empêchait de jouer une partie sans avoir les pièces devant lui. Monsieur B. lui, se représente plus facilement une partie en disant juste les numéros des cases.  Il a été libéré de sa captivité depuis quelques mois et va se retrouver à affronter le champion durant ce voyage.

L’histoire de Monsieur B. est captivante, il n’est pas enfermé dans un camp de concentration comme on s’y attendrait, il est cloîtré dans une chambre d’hôtel dénuée et froide. Les seules fois où il peut parler c’est pendant les interrogatoires. Lorsqu’il trouve le livre d’échec, c’est alors une délivrance. Mais peu à peu, ce seul moyen de distraction va devenir une drogue : pour continuer à jouer il va devenir schizophrène : une partie noire, une partie blanche; va sombrer dans la démence et perdra toute distinction.

L’impression de vide, de rien est magnifiquement décrite par Zweig. Je ne connaissais pas cette pratique utilisée par les nazis et elle est vraiment révoltante ! Ils isolaient les personnes susceptibles de leur apprendre des informations jusqu’à ce qu’ils craquent.

Durant toute la nouvelle le rythme du récit est soutenu, une menace plane, le ton est inquiétant. A travers cette histoire on découvre deux personnages et leur histoire, ce qui les rapproche et qui finira par les affronter.

Pour conclure, une nouvelle superbement écrite, inquiétante et prenante ! A lire ! 🙂 

Publicités

11 réflexions sur “Le joueur d’échecs de Stefan Zweig

  1. Et voilà, premier Zweig lu ! Et… ben je suis toute chamboulée maintenant. J’ai adoré l’atmosphère oppressante et super inquiétante qui règne dans tout le roman et effectivement, ne rien connaître aux échecs ne fut pas un problème ! Merci 😉

  2. J’imagine que pour 112 pages, je peux facilement me laisser convaincre de l’emprunter à la bibliothèque la prochaine fois que j’y passe 😉

  3. « L’impression de vide, de rien est magnifiquement décrite par Zweig. » Tout à fait d’accord ! Le gros plus de cette nouvelle, c’est l’atmosphère angoissante qu’a su créer Zweig, c’est un vraiment un génie pour décrire les sentiments des personnages.
    Je te conseille de continuer ta découverte de l’auteur (avec La Confusion des sentiments, la seul autre œuvre de Zweig que j’ai lu ^^) !

  4. Je l’avais lu au lycée et je m’étais senti oppressée comme Monsieur B. pendant sa captivité. Par ce sentiment, j’ai cru que je n’aimais pas le livre mais j’en suis moins sûre désormais ! Je pense le relire un jour.

    • C’est pas le genre de truc qui me dérange dans une lecture, au contraire j’aime bien ressentir les émotions des personnages, m’imaginer à leur place… Sinon essaye avec un autre roman de Zweig ? 🙂

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s